Disque de platine avec son album Mwaka Moon, le chanteur Kalash sera le samedi 8 septembre au Mokaï Club
Kalash Mokaï Club Solliès

Kalash, le roi du reggae dancehall, disque de platine sera au Mokaï Club le samedi 8 septembre

 

Le chanteur de dancehall Kalash, né Kevin Valleray à Strasbourg le 12 juin1988, fait ses débuts dans les sound-systems underground dès 2003 et particiaux compilations Manibians Attack (2005), Executive Riddim (2006) et Maximum Dammage (2007), qui lui permettent de bâtir la réputation d’un artiste aussi à l’aise en studio que sur scène. En 2010, il réalise son premier album en compagnie de Daddy Mory, Paille et Saël sur des productions de DJ Gil, DJ Traxx, DJ Blue et Kross D. En 2012, il entreprend une tournée tout en alternant les sorties de simples et de mixtapes. Trois ans plus tard, le titre « Bando » et son esthétique gansta rap, accompagné d’un album du même nom, titille les classements des meilleurs ventes françaises. Les titres « Rouge et Bleu », sur lequel intervient Booba et « Aller-simple » confirment ce rapprochement avec le rap, en prélude à l’album Kaos qui paraît en 2016. Récompensé par un disque d’or (classé n°4 des ventes d’albums), Kalash est condamné quelquessi mois plus tard à une peine de prison avec sursis pour possession d’arme. Il retourne en studio et enregistre l’album Mwaka Moon (octobre 2017), auquel collaborent Damso, Niska, Lacrim, Vybz Kartel et Mavado.

 

Disque de platine

 

Ce quatrième album de Kalash est un succès sans précédent. Mwaka Moon est certifié disque de platine. C’est ce qui a propulsé la carrière de Kalash au rang des artistes influents en France. Depuis lors, Kalash connaît la consécration du grand public.

 

C’est grâce à sa polyvalence musicale que le chanteur et rappeur aux origines Martiniquaises s’est imposé de manière fulgurante.

 

Pas d’étiquette

 

Comment définit-il sa musique ?

 

« Je n’ai pas forcément d’étiquette, même si entre les albums j’ai sorti des sons comme Vex, Pwoblem ou Friendzone qui sont du dancehall, je mélange tellement les styles à chaque fois, qu’on peut se demander dans quel case je suis. J’aime autant poser sur du dancehall, sur du reggae, que sur du hip hop.

 

Sur Mwaka Moon, il y a plus de prods dancehall qui m’ont plu c’est pour cela qu’elles sont plus nombreuses que sur Kaos. Je pense que le public me place sur les deux scènes. A la fois hip hop français et dancehall français antillais.»

 

Mokaï Club
Centre commercial Midi Multiple
Solliès-Pont
samedi 8 septembre
résa 07 68 10 88 18

 

Son nouveau titre « Allo »

 

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Contactez-nous pour publier vos infos, vos communiqués, vos remarques

4 + 4 =

Catégories