pêche en Méditerranée

La pêche du bord en Méditerranée, il y a de nouvelles techniques, mais il faut savoir s’armer de patience

Quand vous vous promenez, en bord de mer, vous les voyez souvent ces pêcheurs, de jour comme de nuit. Que ce soit à Toulon, à La Seyne, Carqueiranne ou Hyères.

 

Pour eux, pêcher est une vraie passion. Ils passent des heures, le fil à la mer, cherchant le bon endroit, celui qui en cette période, permettra de prendre les dorades, les bars, les barracudas.

Certains quittent leur domicile vers 22 heures pour ne rentrer qu’au lever du jour. Ils disent : « la nuit, c’est sûr, on en prend plus ». Ce n’est pas certain…

Quelques touristes se hasardent même dans quelques ports, ignorant que la pêche y est interdite, notamment à Bandol.

Surfcasting de la plage

Le surfcasting fait de plus en, plus d’adeptes. Cette pêche plus technique se pratique depuis la plage avec des cannes longues de 4 à 5 mètres environ. Ces longueurs importantes permettent de faire passer la ligne au-dessus des vagues pour aller y déposer le montage au loin. Les cannes sont ensuite placées sur des piques en attendant la touche. En Méditerranée, on pratique cette technique avec des ensembles de surfcasting light (poids utilisés 60-120 gr).

Pêche aux leurres du bord

Cette technique extrêmement populaire, consiste à lancer et ramener des leurres (poissons nageurs, leurres souples, leurres métalliques) depuis le bord de mer. C’est une pêche ludique qui peut se pratiquer facilement et partout (port, digues, plages, côtes rocheuses). De plus, cette technique permet d’attraper de nombreuses espèces de poissons. Il faudra rechercher de préférence les zones agitées car les poissons adorent chasser dans les eaux tumultueuses.

Comme on pêche du bord, il faut ici privilégier des cannes entre 2,40 et 3 mètres afin de pouvoir lancer suffisamment loin. Un moulinet taille 3000 sera adapté pour cette technique. L’usage de la tresse est conseillé pour un meilleur contrôle du leurre ainsi qu’une meilleure détection des touches. Pour plus de discrétion, l’utilisation du fluorocarbone en bas de ligne est indiquée.

Un leurre souple de type shad, un poisson nageur à la nage très vibrante ou encore une cuiller permettront de prospecter rapidement une large zone à la recherche des poissons actifs.

 

Quand ils rentrent, les pêcheurs vous racontent parfois de vraies histoires, notamment celle où au bout de la ligne, il y avait une énorme pièce qu’ils n’ont pu sortir de l’eau tellement elle est grosse. Et puis, ils confient à voix basse qu’ils ont accroché et ont fini par casser. J’en connais un, Laurent pour ne pas le nommer, qui fait le tour des magasins spécialisés pour trouver l’appât qui va encore mieux, essayant de capter les confidences des plus chanceux. Mais chacun le sait, un secret de pêcheur, ça se garde. A à la rigueur ce peut être du donnant donnant, mais certains n’hésitent pas à bluffer.

 

Jean Boris