Canicule, vigilance orange à Toulon et dans le Var

Canicule : le préfet du Var a déclenché l’alerte de niveau 3. Toulon a activé, ce mardi soir, le dispositif de vigilance, jusqu’à au moins jeudi

canicule Toulon Var

Alerte canicule en cours à TPM

 

De fortes chaleurs dans la journée du 31 juillet et une température nocturne qui descend très peu, la Préfecture a activé le niveau 3 du Plan canicule. Un dispositif qui tient en deux mots : vigilance accrue.

Dans le quotidien de chacun, il convient d’adopter un comportement conforme aux conditions météo : aérer son habitation la nuit, éviter de sortir durant les heures les plus chaudes et fermer les volets durant la journée par exemple. Pour ce qui concerne les nourrissons, les jeunes enfants et les personnes âgées, il s’agit évidemment de redoubler d’attention pour éviter la déshydratation. Quant aux personnes fragiles isolées, le Centre communal d’action sociale s’emploie à contacter toutes celles qui sont inscrites sur le registre du CLIC, voire à leur rendre visite, afin de s’assurer que tout va bien. Notons qu’il est toujours possible de contacter ce service au 04 94 24 65 25.

 

Prévention maximum

 

Ces mesures, frappées au coin du bon sens, concernent le bien-être de chacun et mettent en œuvre une indispensable solidarité. Mais elles ne doivent pas faire oublier que notre environnement requiert lui aussi une attention toute particulière. En cette période de sécheresse, des mesures de restriction des usages de l’eau ont été prises et, même si notre emblématique massif du Faron a été rouvert au public, il n’en demeure pas moins placé sous haute surveillance en raison des risques d’incendie ! Prévention et vigilance sont donc au cœur de notre actualité pour que l’été à Toulon se passe dans les meilleures conditions.

Chacun d’entre nous est menacé, même les sujets en bonne santé.
Le danger est plus grand pour les personnes âgées, les personnes atteintes de maladie chronique ou de troubles de la santé mentale, les personnes qui prennent régulièrement des médicaments, et les personnes isolées.
Chez les sportifs et les personnes qui travaillent dehors, attention à la déshydratation et au coup de chaleur.
Veillez aussi sur les enfants.
Les symptômes d’un coup de chaleur sont : une fièvre supérieure à 40°C, une peau chaude, rouge et sèche, des maux de tête, des nausées, une somnolence, une soif intense, une confusion, des convulsions et une perte de connaissance.

Conseils de comportement

En cas de malaise ou de troubles du comportement, appelez un médecin.
Si vous avez besoin d’aide appelez la mairie.
Si vous avez des personnes âgées, souffrant de maladies chroniques ou isolées dans votre entourage, prenez de leurs nouvelles ou rendez leur visite deux fois par jour. Accompagnez les dans un endroit frais.
Pendant la journée, fermez volets, rideaux et fenêtres. Aérez la nuit.
Utilisez ventilateur et/ou climatisation si vous en disposez. Sinon essayez de vous rendre dans un endroit frais ou climatisé (grandes surfaces, cinémas…) deux à trois heures par jour.
Mouillez vous le corps plusieurs fois par jour à l’aide d’un brumisateur, d’un gant de toilette ou en prenant des douches ou des bains.
Adultes et enfants : buvez beaucoup d’eau, personnes âgées : buvez 1.5L d’eau par jour et mangez normalement.
Ne sortez pas aux heures les plus chaudes (11h-21h).
Si vous devez sortir portez un chapeau et des vêtements légers.
Limitez vos activités physiques

Météo France prévoit jusqu’à 35°C à Solliès-Pont, Toulon, Belgentier, 36°C à Brignoles, Hyères avoisinerait les 34°C.

A 14 h, ce mercredi 1er août, il faisait 31,7°C à Hyères, 33,8°C à Solliès Ville.

 

Quelques chiffres-clé

Top 3 des températures maximales les plus élevées
44,1 °C le 12 août 2003 à Saint-Christol-les-Alès & Conqueyrac (Gard)
44 °C le 6 août 2003 à Conqueyrac (Gard)
43,9 °C le 4 août 2003 à Saint-Géry (Lot)
Top 3 des températures minimales les plus élevées
30,5 °C le 1er août 2017 à Marignana (Corse-du-Sud)
29,8 °C le 14 août 2003 Calvi (Haute-Corse)
29,5 °C le 30 juillet 2003 à Pila-Canale (Corse-du-Sud)

Météo France communique les informations suivantes

Les canicules remarquables en France

La canicule d’août 2003 a été exceptionnelle par sa durée (deux semaines), son intensité et son extension géographique. Les records absolus de température
maximale ont été battus au cours des douze premiers jours d’août 2003 sur plus de 70 stations (sur 180 stations représentatives des villes françaises).
A partir du 4 août, des températures supérieures à 35 °C ont été observées dans les deux tiers des stations météorologiques, réparties sur l’ensemble des régions
françaises. Des températures supérieures à 40 °C ont été relevées dans 15 % des stations, y compris en Bretagne ce qui n’était encore jamais arrivé depuis le début des mesures de température. La journée du 5 août a été la plus chaude jamais observée par Météo-France avec en moyenne sur le pays des températures minimales et
maximales respectives de 21 °C et 37,7 °C.

D’autres épisodes ont également été particulièrement marquants comme la canicule du 9 au 31 juillet 1983 qui a été la plus longue observée, la succession d’épisodes caniculaires au cours de l’été 1947, ou la canicule du 10 au 30 juillet 2006.
Des épisodes d’intensité modérée ont eu lieu en 1947, 1952, 1957, 1975, 1976, 1990, 1994, 1998 et 2005, 2016

Les vagues de chaleur et canicules seront-elles plus fréquentes et plus intenses à l’avenir ?

Quel que soit le scénario d’émission de gaz à effet de serre envisagé, le réchauffement planétaire se poursuivra pendant au moins plusieurs décennies et s’accompagnera de vagues de chaleur de plus en plus fréquentes et intenses. En France, leur fréquence et leur intensité devraient augmenter au cours du siècle, avec un rythme différent entre l’horizon proche (2021-2050) et la fin de siècle (2071-2100).
La fréquence des événements devrait doubler d’ici à 2050. En fin de siècle, ils pourraient être non seulement bien plus fréquents qu’aujourd’hui mais aussi beaucoup
plus sévères et plus longs, avec une période d’occurrence étendue de la fin mai au début du mois d’octobre.
Le contrôle des émissions de gaz à effet de serre sera déterminant pour leur stabilisation dans la seconde moitié du 21e siècle.
Avec une politique climatique conduisant à stabiliser le réchauffement climatique avant la fin du siècle, le nombre de jours de vagues de chaleur ne devrait augmenter que faiblement au cours de la deuxième moitié du 21e siècle.
Sans politique climatique, il y a 3 chances sur 4 pour que le nombre de jours de vagues de chaleur augmente de 5 à 25 jours selon les régions par rapport à la période 1976-2005

Contactez-nous pour publier vos infos, vos communiqués, vos remarques

8 + 14 =

Catégories

Commentaires facebook