Daniel Herrero Mes Méditerranées

Daniel Herrero son nouvel ouvrage Mes Méditerranées, à lire absolument

Daniel Herrero est le petit-fils d’immigrés espagnols, sa mère Yvonne Turruella, son père, Émile, est ouvrier agricole et pilier de rugby à Puisserguier, dans l’Hérault. 

Durant l’été, il se fait pêcheur à Valras-Plage, à 30 km de là. 

C’est à Puisserguier que Daniel naît, le 19 juin 1948. 

 

Les conditions de vie n’étant pas faciles dans l’agriculture de l’Hérault, Émile choisit de s’exiler dans le Var, à La Seyne-sur-Mer, dont le club de rugby, l’Union sportive Seynoise, cherche à se renforcer.

Il arrive là-bas en juin 1949, signe à l’USS, trouve un emploi aux chantiers navals, un appartement à Toulon, et, en septembre, fait venir sa famille. Daniel est âgé d’un an.

Les Herrero auront en tout deux filles, Jacqueline et Claudine ; et quatre fils, André dit « le Grand », Francis, Daniel et Bernard dit « le Tigre ».

Tous quatre vont être joueurs de rugby.

Daniel, dès l’enfance, est formé au Rugby club toulonnais.

En 1966, il est capitaine de l’équipe de France junior. 

 

Cette année-là, il débute dans l’équipe première du RC Toulon. Il joue troisième ligne centre. Il poursuit des études qui vont le mener au CAPES d’éducation physique et sportive.

 

Dans la fièvre des événements de mai 68, il se laisse aller à caillasser un véhicule des forces de l’ordre.

Les dirigeants du RCT, furieux, le privent de la finale du championnat de France, contre Lourdes. La sanction provoque un déclic. Daniel découvre ce qui va être une des grandes passions de sa vie : il commence à voyager

 

En 1970, il est vainqueur avec le RC Toulon du challenge Yves du Manoir.

Le 16 mai 1971, il est finaliste du championnat de France. Toulon perd contre Béziers.

Après cette défaite, en conflit avec leurs dirigeants, dix joueurs titulaires du RCT, dont André et Daniel Herrero, quittent le club. Ils signent au Racing rugby club de Nice.

Daniel y reste jusqu’en 1976. De 1976 à 1987, il enseigne à l’université de Nice.

En 1983, il revient au RC Toulon en tant qu’entraîneur.

En 1987, il conduit le club à un deuxième titre de champion de France, 56 ans après le premier titre. Il le conduit deux fois en finale, en 1985 et en 19897. Il quitte le RC Toulon en 1991.

De 1988 à 1994, il est professeur et coordinateur pédagogique à Toulon, au lycée expérimental de La Grande Tourrache, qu’il a contribué à fonder.

À partir de 1989, il est chroniqueur au Journal du dimanche.

En 1992, il devient consultant pour les matchs de rugby à Sud Radio.

De 1992 à 1997, il est entraîneur et manager du PUC.

Entre 1996 et 1998, il dirige un séminaire à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, et intervient à l’ESSEC et à Sciences Po Paris.

Mes Méditerranées

 

Mes Méditerranées Daniel HerreroAuteur d’une dizaine de livres, il est aujourd’hui conférencier, coach et conseil en entreprise. Il est par ailleurs vice-président des « Amis de L’Humanité » et ambassadeur de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme.

 

Dans son dernier ouvrage littéraire Mes Méditerranées, Daniel Herrero est fort de ses racines occitanes et de ses souvenirs de Méditerranée.

Un espace pour lui illimité, ouvert sur le monde, dont il retrouve les traces et les parfums, les enseignements et les antagonismes au fil de ses nombreux voyages – souvent dans des conditions spartiates.

 

Un livre de témoignages et de réflexions fortes sur cette Mare nostrum qui est, pour lui, celle de tous les hommes.

Barbe blanche et cheveux ceints d’un bandana rouge, ce personnage haut en couleur a gardé une passion pour le verbe au moins égale à celle qu’il nourrit pour l’Ovalie. Celui qui se qualifie de « nomade sédentaire de la Méditerranée » nous fait ­partager ses vagabondages et ses références dans un ouvrage accompagné de dessins qu’il a réalisés au cours de ces voyages et qu’il montre ici pour la première fois.

 

Un ouvrage à consommer sans aucune modération. sous la plume magique de José Lenzini, un Toulon qu’il affectionne, tant.

Merci à mon ami Michel ROCCHIA, Dany te salue.

 

Olivier GRANT (olivier.grant@starvar.news)

Publicité