Opéra de Toulon conflit

A l’Opéra de Toulon, le conflit n’est pas réglé Mam’zelle ni touche prévue pour le 13 octobre menacée en médaillon Antonia Coste-Féral, déléguée CFDT

 

Nous avons reçu une mise au point de la direction de l’Opéra de Toulon, que nous publions, et à laquelle nous joignons une interview d’Antonia Coste-Féral, déléguée CFDT

La mise au Point de la direction de l’Opéra

A l’annonce d’une grève de l’orchestre et d’une partie du chœur :

L’opérette Mam’Zelle Nitouche menacée

 

En grève au mois de juin, les musiciens et une minorité du chœur de l’Opéra de Toulon ont suspendu le mouvement, car c’est la fin de la saison lyrique. Ils menacent de reprendre leur action à la rentrée.

Depuis le 11 mai dernier, une véritable crise sociale couve sous et sur la scène de l’Opéra de Toulon Provence Méditerranée. Les artistes de l’orchestre, et certains du chœur estiment être rémunérés en dessous de la convention collective.

Ils ne le sont pas !

Ils refusent de saisir les tribunaux pour faire valoir leurs revendications !

lls ont choisi de prendre en otage les 170 salariés non-grévistes !

 

Alerte sur les enjeux de cette cristallisation :

 

Le conflit social a profondément fragilisé l’établissement

sur le plan financier

au regard de son image et de son rayonnement.

 

De nombreux clients ont décidé de ne plus renouveler leurs abonnements.

 

Témoignages émouvants et douloureux de personnes âgées, d’enseignants qui avaient préparé Roméo et Juliette tout au long de l’année avec leurs élèves.

 

Nous en appelons à la responsabilité des partenaires sociaux :

 

Une nouvelle grève à la rentrée sur l’ouvrage Mam’zelle Nitouche aura des conséquences économiques difficilement calculables, et sera catastrophique sur le plan artistique.

 

Ce spectacle est une coproduction avec le prestigieux Palazetto Bru Zane – Centre de musique romantique française. Cette création sera suivie d’un enregistrement qui mettra notre maison à l’honneur. Nous travaillons dès à présent à des projets futurs avec cette institution. La perspective d’annulation de ce spectacle marquerait le coup d’arrêt à notre développement.

Depuis le 11 mai dernier, une véritable crise sociale couve sous et sur la scène de l’Opéra de Toulon Provence Méditerranée. Les artistes de l’orchestre, et certains du chœur estiment être rémunérés en dessous de la convention collective.

 

Pour en finir avec les contrevérités !

Aucun salarie de l’opéra n’a jamais été augmenté de 80 % !!!!

Tous les salariés de l’opéra sont au-dessus des minima de la convention collective !

 

La programmation artistique 2017 /2018 n’a jamais été aussi dense :

  • 7 productions lyriques
  • 7 concerts symphoniques
  • 1 concert chœur/orchestre
  • 3 concerts dans le cadre des « journées du patrimoine », de la  « nuit des musées » et de « tous à l’opéra »
  • 2 matinées club à l’opéra
  • 4 concerts de sensibilisation « jeunes publics » foyer Campra
  • 1 concert dans le cadre des « heures exquise » au foyer Campra
  • 1 concert à l’hôpital
  • 1 concert dans l’espace public
  • 6 concerts dans l’agglomération

Dès septembre prochain, nous proposerons aux partenaires sociaux l’ouverture de négociations dans le cadre de la Négociation Annuelle Obligatoire.

Les questions salariales y seront débattues sans à priori et dans un esprit d’ouverture.

Ici se termine cette longue mise au point de la direction de l’Opéra de Toulon

 

Du côté du chœur et des musiciens

Direction les prud’hommes

 

 

Antonia Coste-Féral, déléguée CFDT Opérata de Toulon

Antonia Coste-Féral, déléguée CFDT et co soliste Alto à l’Opéra de Toulon « espérons qu’une solution sera trouvée en septembre, dans le cas contraire, il est probable que nous reconduirons notre action, allant jusqu’à la grève »

 

Nous avons rencontré Antonia Coste-Féral, déléguée CFDT et co soliste Alto.

En cette période estivale, le mouvement de grève des chœurs et musiciens est suspendu.

Cette déléguée nous explique les difficultés du personnel artistique de l’Opéra de Toulon en plein contentieux avec la direction et avec la tutelle (l’agglomération Toulon Provence Méditerranée) pour plusieurs raisons :
« En 13 ans, les forces artistiques ont nettement diminué : le ballet a été intégralement supprimé, il y a 6 postes en moins pour le chœur. Pas un poste de plus pour l‘orchestre alors que la promesse était un orchestre à 38 instrumentistes (actuellement 30 titulaires). Le poste de contrebasse solo n’a toujours pas été remplacé en 13 ans ! »

Comme d’autres, Antonia Coste-Féral souligne : « en parallèle, les postes administratifs sont en constante progression. »

Elle ajoute : « les salaires des artistes (chœur+ orchestre) sont 20% en‐dessous des minimas conventionnels car la prime d’ancienneté est intégrée à leur salaire de base, ce qui est parfaitement illégal. »

Dans une pétition, d’ailleurs, il est précisé : «  les cadres qui sont rémunérés entre 40% et 90% au‐dessus de la convention collective, ils perçoivent des forfaits d’heures supplémentaires 12 mois sur 12. Ils ont une double évolution de carrière (prime d’ancienneté et échelons)

Les conditions de travail de plus en plus insoutenables pour les artistes (services de répétitions supprimés, postes non remplacés…). ».

Antonia Coste-Féral indique les artistes concernés déposeront dès la rentrée leurs dossiers au Conseil des Prud’hommes. « La direction veut que nous allions en justice. Nous, nous pensons qu’il est grand temps d’avoir un vrai dialogue social dans notre établissement et nous souhaitons voir les salaires des artistes revalorisés sur les minimas conventionnels.  Nous espérons qu’une solution sera trouvée en septembre, dans le cas contraire, il est probable que nous reconduirons notre action, allant jusqu’à la grève, alors que nous avons envie de jouer Mam’zelle ni touche dont la première représentation est prévue le 13 octobre. »

Sur les 177 salariés en équivalent temps plein, l’opéra compte 27 choristes et 31 musiciens Le dialogue est-il rompu entre la direction de l’Opéra de Toulon et le chœur et les musiciens ? Réponse à la rentrée.

 

Jean Boris – j.boris@starvar.news

Publicité